News

Pierre Ménès France-Biélorussie : l'analyse

  • Article
  • 11 Oct. 2017

OK, les Bleus sont qualifiés. Mais la joie d’aller en Russie l’été prochain ne doit pas occulter les problèmes qui persistent au sein de cette équipe de France…

France-Biélorussie : l'analyse

Après cette victoire sans convaincre devant la Biélorussie, je suis partagé entre le bonheur et l’inquiétude. Le bonheur, c’est cette qualification directe des Bleus, ce qui n’était plus arrivé depuis un moment. En même temps c’était la moindre des choses vu la faiblesse du groupe dans lequel on était et je trouve ça déjà anormal qu’il ait fallu attendre le dernier match pour obtenir ce billet. 

Les Bleus ont au moins eu le bon goût de ne pas rater ce rendez-vous en marquant deux buts assez rapidement, alors qu’ils dominaient sans trop se créer d’occases, hormis la tête de Giroud sur la barre. Griezmann est sorti de sa torpeur pour ouvrir la marque avant d’offrir le second but à Giroud. Cette première demi-heure accréditait les choix pourtant étonnants de Deschamps. Moi, je ne peux pas comprendre voire admettre qu’on se prive de Mbappé. Il a brillé avec Monaco, il continue à le faire avec le PSG, il est de toute évidence la future star de l’équipe de France… Le mettre sur le banc parce qu’il a raté son match en Bulgarie, je trouve ça assez scandaleux. 

Toujours est-il qu'au lieu d’enfoncer le clou, les Bleus ont laissé les Biélorusses revenir dans le match avec cette réduction du score juste avant la mi-temps, sur laquelle la responsabilité de Varane est engagée. Et en deuxième période, c’était le néant. Il ne se passe rien, le seul tir cadré du second acte c’est cette pauvre frappe enroulée de Mbappé. C’est beaucoup trop peu pour une équipe qui recèle autant de talents.

Je vais répéter ce que j’ai dit après la victoire en Bulgarie : je cherche toujours le schéma de jeu, l’identité de cette équipe. Et si je ne trouve rien, c’est peut-être parce qu’il n’y a rien à trouver. Deschamps continue à gérer les match au coup par coup, sans fil conducteur et surtout sans ambition dans le jeu. Laisser Mbappé sur le banc, faire entrer Sissoko à la place de Griezmann… Sans déconner, c’était la Biélorussie en face, quoi !

Après la joie de la qualification, il y a de la colère parce que j’ai encore passé une mauvaise soirée de football. Et il y a aussi de l’inquiétude parce que je suis convaincu que cette EdF - au complet évidemment, avec Mendy, Dembélé et un Pogba enfin à un vrai niveau - peut faire un truc en Russie. Mais quand on voit ses difficultés pour battre la Bulgarie et la Biélorussie qui sont quand même des équipes de seconde zone, on se demande ce qui va se passer quand le niveau va monter. Il reste huit mois à Deschamps pour faire des choix. Des choix de jeu, pas d’épicier. Moi j’en ai marre du pragmatisme, j’ai envie de voir du football. Surtout quand on a une équipe capable d’en proposer. 

Pierrot

  • Article
  • 11 Oct. 2017
COMMENTAIRES

Les dernières news

Abonnez-vous !

30 films inédits par mois, séries exclusives, les 3 meilleures affiches de L1 par journée...

 

 

Replay TV

Tous vos programmes en replay sur PC, mobiles et tablettes avec l'application myCANAL

 
Service LIVE TV Premium

Votre abonnement ne vous permet pas d'accéder au service LIVE TV Premium.

Découvrir le service LIVE TV Premium

EMBED

Fermer